(450) 461-2401



  • Miroir direct, miroir indirect ! Mes boutons sensibles... Nouvelle affiche didactique pour aider à lâcher prise

  • Couple-Guide, Couple-Complice,  Tome 1 et 2. Le retour vers l'intérieur et l'Importance des Relations

  • Formation pour élèves! Contrer l'intimidation! Famille-classe au GrandCoeur. Une prévention à la violence verbale et physique.

  • Formation Parents-enfants. Développer votre estime personnelle et celle de vos enfants ! Pour se rapprocher et être épanouis !

  • Assistez à nos séances d'information Parent-guide, Parent-complice. Voir Section Calendrier dates et endroits. Contacter nos formateurs!

  • Devenez Formateur Parent-guide, Parent-complice EN DÉCEMBRE. Transformez votre vie et celle de nombreux parents!

  • Notre Boutique est maintenant ouverte! Profitez de notre offre: aucun frais de livraison 71$ et plus.

  • Les Cours Parent-guide, Parent-complice sont en ligne. Le même enseignement avec des centaines de piste concrètes pour les parents de jeunes enfants et d'adolescents.

  • Je me lève de Bonheur...Un livre pour la nouvelle génération de parents!

  • Inscrivez-vous à notre nouvelle formation
    Parents-enfants -Développer l'Estime de Nous

  • CD « Je me lève de Bonheur » Écoutez des extraits dans la section vidéos/Mp3. Pour les enfants de 3 à 11 ans.



Chronique

Culture du Bonheur et thérapie de couple


Pour lire l'article au complet cliquer en bas sur "DOSSIER COMPLET"


Ce sont les habitudes de vie au quotidien qui créent une culture et ces habitudes servent aussi à établir les traditions. Ici au Québec, il y a plus de soixante ans, les femmes n’avaient que 3 ou 4 choix qui s’offraient à elles comme chemin de vie. Elles n’avaient pratiquement pas d’autres possibilités que de devenir enseignantes, secrétaires, infirmières ou religieuses.


Les valeurs de l’époque prônaient l’importance de la famille et le célibat était considéré comme déshonorant. Les femmes n’avaient d’autre idéal que de s'émanciper dans le couple, de se marier, d’avoir des enfants et de fonder une famille. Leurs choix de vie n’étaient pas libres mais dictés et influencés par une culture judéo-chrétienne et par des traditions issues fondamentalement de la ruralité. Les fiançailles étaient une preuve d’engagement et permettaient aux futurs époux de ramasser un trousseau. Dès que les vœux étaient prononcés, la femme, avait un premier enfant, arrêtait de travailler et devenait par le fait même dépendante d’un mari pourvoyeur. Toute idée de thérapie de couple était alors impossible.


À partir des années mille neuf cent soixante, jusqu’à aujourd’hui, la laïcité a progressivement sorti la religion de nos vies et, est devenue seule responsable de la destinée morale et sociale de la nouvelle génération. En même temps, l’avènement des contraceptifs a amené une révolution dans les mœurs. Ils limitaient le nombre d’enfants, ce qui a permis à la femme d’accéder aux études supérieures plus facilement et de continuer à travailler à l’extérieur.


Tout cela a occasionné beaucoup de bouleversements dans la perception que l’on se faisait du couple et du mariage. La famille a rapetissé à un point tel, qu’il n’y a plus en moyenne qu’un point cinq enfants par famille. De plus, la libération de la femme a changé les rapports des couples hommes femmes de cette époque. Elle est devenue indépendante financièrement, ce qui fait qu’aujourd’hui la vie des individus et des couples s’est littéralement transformée.


De nos jours, une tout autre perception que l’on se fait du couple a émergée. La femme n’a plus nécessairement besoin de l’homme et de son couple pour réaliser ses rêves et mieux vivre. En même temps, paradoxalement, dû à son instinct maternel et l’appel de son horloge biologique, elle a besoin de lui. L’homme s’étant perdu de vue a eu de la difficulté à se trouver une nouvelle identité dans la relation qu’il entretenait avec la femme. Encore aujourd’hui, les rôles de chacun sont incertains et confus et c'est pourquoi les thérapies de couple sont devenues si importantes.


Cette révolution nous a mené à ne plus savoir pourquoi on forme des couples, d’autant plus que le nouvel état d’esprit dans lequel baigne notre société où la culture du superficiel prime : la compétition, le faire, le paraître, le pouvoir, la séduction, l’argent et l’accumulation matérielle a comme répercussion qu’une grande majorité des couples d’aujourd’hui emprunte des voies où la guidance de l’esprit, n’a presque pas d’importance.


Les membres du couple se mettent en relation n’ayant pas pris le temps de définir correctement quel est le but véritable d’une union. Ils se dispersent dans une multitude de chemins, sans pour autant avoir choisi de direction. Cette attitude n’est-elle pas un moyen de ne rien choisir et de ne pas s’engager? Ils veulent vivre une aventure idyllique, ne passer que de bons moments ensemble, rêvant à un futur souvent irréaliste. Ils vivent de nombreux conflits, tout en étant dans le déni d’une vie plus ou moins heureuse. Pour ne pas être seuls, ils s’accrochent à des relations mal assorties que les thérapies viennent rarement arrangées. Ils font des arrangements pour faire coïncider leurs rêves; réunissent leurs salaires, et leurs habitudes de vie ne se fondent que sur la possibilité de combler ces rêves.


Toute la trame de fond de leur quotidien est basée sur l’insécurité, la culpabilité et la peur. Peur de se lever le matin, d’être en retard pour mener les enfants à la garderie. Peur d’être licencié, de ne pas avoir assez d’argent pour payer les comptes ou les vacances dans le sud! Peur de manquer de temps. Peur que les enfants manquent de quelque chose. Peur d’être jugé parce que nous n’avons pas les derniers vêtements à la mode ou l’auto de l’année. Nous vivons dans une culture de manque!


Ces habitudes de vie vécues à la vitesse mégahertz depuis l’avènement d’Internet, nous donnent la possibilité d’avoir accès à différentes cultures! Bien que cet accès nous enrichisse et que ces cultures nous influencent, il n’en reste pas moins que la réalité concrète de ce que nous vivons au quotidien, par comparaison aux autres, ne rejoint pas le cœur du cultivé que nous sommes à 30 centimètres de notre écran. Lorsque l’on revient à la réalité et que l’on jette un œil dans le panier de provisions de notre couple, il semble bien maigre et manquer de substance pour nourrir sainement les aspirations mutuelles d’une relation épanouissante. Beaucoup espèrent se réconcilier et consultent des thérapeutes espérant qu'une thérapie de couple règlera le problème à la source.


Le « couple cultivateur d’une vie heureuse » devra revoir ses plans de cultures et concentrer ses énergies à faire croître son jardin intérieur. Bien sûr, l’herbe est toujours plus verte dans le jardin du voisin. En 2014, être en couple est un art, et nous devrons accorder nos violons, si nous voulons perpétuer une tradition heureuse par la culture d’un vrai bonheur, pour un réel mieux-vivre!


Hélène Renaud, conférencière, pédagogue, auteure et conférencière Michel-Jacques Bergeron, auteur et formateur de formateurs et conférenciers


Les Formations COMMEUNIQUE INC.


Inscrivez-vous à nos formations "DEVENIR MON PROPRE COACH DE VIE PERSONNELLE" et "COUPLE-COMPLICE"


Voir section DÉVELOPPEMENT PERSONNEL sur notre site


Pour plus d'informations: 450-461-2401 ou renaudhelene@commeunique.com




DOSSIER COMPLET   


Page précédente Retour à l'accueil Haut de la page

Suivez-nous sur Facebook !

facebook
© 2017 CommeUnique. Tous droits réservés. Conception et réalisation du site Internet par Vortex Solution
Partage